Les fichiers et répertoires

Les systèmes Unix sont basés sur une arborescence unique de répertoires.

Cette arborescence naît d'un répertoire racine ( ou root, à ne pas confondre avec l'utilisateur root, ou son répertoire personnel /root ).

Les répertoires ( qui se notent avec un trait de fraction « / » ) sont assez peu nombreux et bien codifiés. Vous pouvez en obtenir la liste en tapant « ls / »




/bin : commandes binaires pour tout le monde.

/dev : les descripteurs de périphériques

/etc : les paramètres. C'est ce répertoire que vous devez ancrer sur windows si vous ne voulez pas tout recommencer la prochaine fois.

/home : les répertoires des utilisateurs

/lib : les bibliothèques nécessaires aux programmes ( comme les dll de qui vous savez )

/lost+found : les fichiers récupérés lors d'une réparation de disque

/mnt : les points de rattachement des disques accessoires et réseau.

/proc : un répertoire technique. Tapez « cat /proc/interrupts » ou « cat /proc/pci » pour voir.

/root : le home du chef, ou super-utilisateur

/sbin : les commandes du chef

/tmp : le répertoire temporaire. Sert au système ou aux utilisateurs

/usr : les programmes utilisateurs

/var : les fichiers variables.

Pour se déplacer dans les répertoires :

-Les chemins absolus : « cd /usr »

-Les chemins relatifs : [/usr]$ « cd local » vous mène dans /usr/local. « cd .. » vous mène un cran au dessus, « cd » tout court vous mène dans votre home, également nommé ~/. Le répertoire courant s'appelle « . ».

« cd ../le_repertoire_a_cote » vous mène dans le répertoire d'à côté. « cd - » au répertoire précédent.

Pour qu'un programme puisse être exécuté, son répertoire doit figurer dans le PATH. Pour voir le PATH : « echo $PATH ».




Les différentes sortes de fichiers :

Les fichiers cachés : leur nom commence par un point. Pour les voir : « ls -a »

Les fichiers ordinaires, qui contiennent toutes sortes de données : voir le chapitre sur les utilisateurs.

Les descripteurs de périphériques : ils sont dans le répertoire /dev

Les liens durs : ils sont très rarement utilisés. Il s'agit en fait d'un deuxième nom pour le même fichier. Le fait de supprimer l'un des noms ne supprime pas le fichier.

Les liens symboliques : ils sont très souvent utilisés. Il s'agit d'un accès à un fichier. Le fait de supprimer le raccourci ne supprime pas le fichier, et le fait de supprimer le fichier ne supprime pas le lien symbolique, qui reste alors orphelin.

Pour créer un lien symbolique, la commande est « ln -s /dev/hdd /dev/cdrom ». Cela crée un lien de /dev/cdrom vers /dev/hdd.

Vous pouvez voir ces liens par « ls -l /dev/cdrom »

lrwxrwxrwx 1 root root 8 fév 5 22:49 /dev/cdrom -> /dev/hdd




Les noms de fichiers peuvent avoir une longueur libre, mais mieux vaut éviter les caractères spéciaux :

<Espace>, ?,*,+,=, les accents, apostrophes, guillemets. Bref, ne cherchez pas à faire du genre. Seule exception : les points sont acceptés en quantité illimitée. Attention cependant à la compatibilité Windows, qui risque de tronquer la fin de votre fichier.

En revanche, le système différencie les majuscules et minuscules : « Fichier » et « fichier » sont différents.